Accueil Actualités Les Victoires : Catherine Sibille, une formation aux petits oignons !
Back

Les Victoires : Catherine Sibille, une formation aux petits oignons !

Témoignage 30/05/2016

Les Victoires : Catherine Sibille, une formation aux petits oignons !

Catherine Sibille

Catherine Sibille

  - 50 ans

créatrice d'entreprise

« Je me disais qu’à 50 ans, il fallait que je finisse ma carrière par quelque chose d’épanouissant.»

En bref

Après 25 ans passés comme assistante commerciale dans le secteur de la viande en gros, Catherine Sibille s’est reconvertie dans la cuisine. Sa formation d’agent de restauration à l’Afpa de Besançon lui a permis d’ouvrir Basilic Instant, un self-service bio.

D’ordinaire, Catherine Sibille n’aime pas cracher dans la soupe. Mais 25 années dans le secteur de la viande en gros ont fini par écoeurer cette ancienne assistante commerciale,
native de Lons-le-Saunier.

« Il faut savoir que le métier a beaucoup changé, regrette-t-elle avec amertume. La qualité
de la viande en constante régression, les conditions d’élevage et d’abattage, la maltraitance animale, tout cela a fait que j’ai contracté une sorte de phobie de la viande. En fait, je n’en pouvais plus. Je me disais qu’à 50 ans, il fallait que je finisse ma carrière par quelque chose d’épanouissant.»  


Comme Catherine est aussi une bonne vivante qui aime bien manger et cuisiner, l’idée de concilier les deux en montant un restaurant qui soit « simple mais sain » germe alors dans son esprit.

« Je n’avais pas le niveau pour élaborer des plats sophistiqués, raconte-t-elle, et
je ne voulais pas cuisiner de viande ou de poisson. Un établissement végétarien
s’est alors imposé comme une évidence. »

 

Ouvrir un self-service végétarien

En 2012, après une rupture conventionnelle, elle se tourne donc vers Pôle emploi à qui elle explique son projet. On la dirige alors vers une Évaluation en milieu du travail (EMT) pour voir si cette voie lui correspond vraiment. Quinze jours passés dans une cantine végétarienne qui conçoit des hamburgers avec des graines germées à la place de la viande hachée, lui en apportent la confirmation.

« L’entreprise fonctionnait en self-service. Et comme je suis nulle en service, j’ai pensé que ce serait une solution idéale pour moi », se souvient Catherine. Mais il lui faut également
se familiariser avec tous les outils de gestion pour faire tourner sa future affaire.

Ce sera chose faite au sein de BGE, un réseau d’associations qui soutient la création et la reprise d’entreprises. « Mon projet a enthousiasmé les gens de BGE, mais ils m’ont tout de même mise en garde sur les normes d’hygiène et m’ont conseillée de faire une formation à l’Afpa. »
 

Basilic Instant : une cantine végétarienne bio

S’ensuivent donc six mois de formation agent de restauration à l’Afpa de Besançon. « Bien que j’aie été contrainte de faire des grillades, souligne Catherine dans un grand éclat de rire, j’ai beaucoup apprécié les méthodes de travail. »

Grâce à son titre professionnel décroché en août 2013, Catherine Sibille obtient un
prêt bancaire pour l’achat d’un « ancien restaurant libanais en fin de vie », situé dans un quartier commerçant de Besançon.

Un mois de travaux sera nécessaire avant que Basilic Instant, la cantine végétarienne
de Catherine, puisse enfin ouvrir ses portes, en novembre 2013. Tous les midis, du lundi au samedi, la nouvelle restauratrice mitonne des plats « simples mais goûteux », tels que les
lasagnes poireau-fenouil-féta, la tarte carottes-cumin-miel ou encore le crumble de courge butternut, ce qui nécessite,en moyenne, l’épluchage de 100 kg de légumes par semaine.

« Tous nos fruits et légumes sont bio, précise Catherine, de même que les farines, le riz, les lentilles, les pâtes ou les épices. J’ai recruté mes fournisseurs sur les marchés de la
ville, afin d’avoir non seulement un circuit court, mais également des produits issus de l’agriculture raisonnée. Je suis très attachée à cette double exigence. »


Mais Catherine Sibille ne se contente pas de poursuivre une démarche écologique,
elle s’implique également dans l’action citoyenne et sociale. « J’emploie un réfugié
politique du Kossovo aux cuisines, qui est arrivé en France en 2008 avec sa famille et qui a fait le même stage que moi à l’Afpa. »


Un soutien qui, après des débuts difficiles, a permis à Basilic Instant d’atteindre aujourd’hui son régime de croisière. « Un régime bio ! », précise la chef d’entreprise.
Voir les formations pour ce métier