Accueil Espace Presse L’Afpa dévoile les lauréates de la 1ère édition des Trophées « Métiers pour Elles »
Retour

MIXITÉ DES MÉTIERS -Trophées Métiers pour Elles

L’Afpa dévoile les lauréates de la 1ère édition des Trophées « Métiers pour Elles »

08/03/2021

 

Dans le cadre de ses missions de service public et de son engagement en faveur de l’égalité professionnelle, l’Afpa (Agence nationale pour la formation professionnelle des adultes) se mobilise pour la mixité des métiers.
L’Agence a lancé les « Trophées Afpa Métiers pour ELLES », un concours destiné à valoriser les femmes qui ont osé choisir une formation dans un métier qui accueille moins de 30 % de femmes. (la liste ici). Sur les 250 candidatures reçues, 7 femmes sont désignées lauréates des Trophées « Métiers pour Elles ». Une occasion de faire tomber les idées reçues et d’inciter les femmes à s’ouvrir à des métiers auxquels elles ne pensent pas et qui recrutent !

 

• État des lieux d’un marché du travail encore très « genré »

Aujourd’hui, 50 % de femmes se retrouvent dans seulement 12 familles professionnelles sur les 87 existantes. Leurs emplois restent très concentrés dans les métiers du service, de l’éducation, et du social. Seulement 15 % des femmes investissent le secteur numérique !

Et ces chiffres se confirment dès la formation. À l’Afpa, les femmes, qui représentent 1/3 des effectifs, s’orientent très majoritairement vers des métiers du tertiaire (75 % d’entre elles).

Il est urgent de continuer à faire évoluer les représentations encore très stéréotypées, pour arriver à atteindre l’objectif gouvernemental de faire passer de 12 % à 30 % d’ici 2025, la part des métiers considérés comme mixtes.

 

• Sept femmes formées à un métier considéré comme masculin à l’honneur

Ouvert aux femmes en stage à l’Afpa à la date de la candidature (janvier 2021), dans une formation préparant un titre du ministère du travail dans les secteurs BTP, industrie, hôtellerie-restauration, transports, logistique, informatique, télécommunications ….
250 candidatures ont été reçues par l’Afpa et examinées par un jury composé de 11 experts de l’entreprise, du sport, de l’université, etc. (liste en annexe).

Parmi celles-ci, 7 femmes ont été désignées lauréates de ces trophées (profils en annexe) :

• Le trophée Sensation’Elle : récompense une femme « bien dans ses baskets » et dans sa formation
Lisa MARTEAU, 33 ans, Nouvelle Aquitaine. Formation : Agent d’entretien du Bâtiment

• Le trophée Passion’Elle : récompense une femme qui sait ce qu’elle veut, s’y tient et ne lâche rien
 Denitsa HRISTOVA, 28 ans, Ile-de-France - Formation : Technicienne Électromécanicienne Automobile

• Le trophée Pluri’Elle : récompense une femme en reconversion
Sylvie LINXE, 53 ans, Occitanie - Formation : Développeuse Web

• Le trophée Essenti’Elle : récompense une femme qui a confiance en elle et qui est devenue indispensable au groupe
Cécile DUBOIS, 33 ans, Nouvelle Aquitaine - Formation : peintre

• Le trophée Profession’Elle : récompense une femme au grand potentiel professionnel qui brille par ses réalisations et son investissement
Harmony DELACOUR, 33 ans, Centre Val de Loire – Formation : Agente de Sûreté Sécurité Privée

• Le trophée Exception’Elle : récompense une femme pionnière, qui ouvre la voie dans un métier où la place des femmes est particulièrement rare
Florbela LOUREIRO DA ROCHA GIL, 43 ans, PACA. Formation : Installatrice thermique et sanitaire

• Mention Univer’Elle : mention spéciale du Jury
Marine MONTIN, 31 ans, Grand Est. Formation : Conductrice de Transport Routier de Marchandises sur Tous Véhicules.

Chacune des lauréates recevra une dotation de 1 000 €.

 

 « Cet évènement spécial met en valeur des femmes qui osent surmonter les préjugés et les difficultés, et qui choisissent de se former à un métier « dit masculin ». Ces femmes font bouger les lignes, aussi bien chez nos formateurs, leurs collègues et leurs employeurs. Dans cette ambiance de crise, nous avons voulu, avec cette première édition des Trophées, apporter une touche d’espoir aux femmes qui, on le sait, sont aussi les plus pénalisées en période de crise. » indique Pascale Gérard, Directrice Innovation Sociale à l’Afpa.

 

 
Annexe 1

Trophées Afpa Métiers pour ELLES
Composition du jury

 

 Laurent AMAR - Directeur Général Adjoint de NGE (Nouvelles Générations d’Entrepreneurs)

• Claude ATCHER - Directeur du comité d'organisation de la Coupe du monde de rugby à XV 2023

• Patrick BERNASCONI - Président du Conseil Économique Social et Environnemental

• Fabienne BRUGERE - Professeure de philosophie à Paris 8 et Présidente de l’Université Paris Lumières

• KARINE CHARBONNIER - Vice-Présidente en charge de la formation en Région Hauts de France

• Jean-François CONNAN - Directeur Responsabilité et Innovation Sociale d’Adecco Group

• Christiane DEMONTES - Membre du Conseil national de lutte contre l’exclusion

• Clémence ÈME - Judoka, membre de l’Equipe de France jeune senior

• Myriam EL KHOMRI - Ancienne Ministre du Travail, de l’Emploi et de la Formation Professionnelle

• Florence POIVEY - Présidente de la Fondation du Conservatoire National des Arts et Métiers.

• Thierry TEBOUL - Directeur Général de l’Opérateur de Compétences AFDAS

• Marie-Noëlle TINE – DYEVRE - Directrice du Cluster Maritime Français



Annexe 2

Les lauréates des Trophées « Métiers pour Elles » 2021

 

  • Lisa Marteau, 33 ans, Nouvelle Aquitaine. Formation : Agent d’entretien du Bâtiment

Diplômée d’un Master en Archéologie/Paléontologie, Lisa démarre sa carrière professionnelle en tant que médiatrice scientifique dans des musées. Curieuse et attirée par de nombreuses activités (cuisine, SVT, calligraphie chinoise, …), elle s’initie également à plusieurs métiers au gré de ses passions. Mais le vrai déclic arrive le jour où elle décide d’aider ses grands-parents à rénover leur maison. Malgré la réticence de sa famille, elle décide de suivre une formation d’Agent d’Entretien du Bâtiment. Poser un plafond, installer une porte, réaliser un puit de jour dans un plafond, poser un établi pour lavabo, … telles sont les nouvelles compétences de Lisa !

« Tout au début de la formation, j’ai entendu des réflexions comme ‘c’est beau une femme qui travaille dans le bâtiment ‘. Après quelques semaines/mois, par mon travail, mon investissement, j’ai gagné le respect et la confiance de mes pairs. Donc reconnue pour mes compétences et mes savoirs-être et non plus par mon genre. Ce qui est une victoire en soi. Je suis leur égal, et cela a fait évoluer leur point de vue autant que le mien sur l’osmose qu’il est possible d’avoir au sein d’une équipe mixte » explique Lisa Marteau qui effectue désormais son stage chez un artisan du BTP dont elle espère devenir la 1ère femme salariée !

 

  • Denitsa Hristova, 28 ans, Ile-de-France - Formation : Technicienne Électromécanicienne Automobile

Cette jeune bulgare, diplômée d’un cursus universitaire d’ingénieure en mécanique, travaille comme vendeuse de pièces détachées automobiles, puis comme réceptionnaire automobile. Cette passion pour la mécanique automobile lui a été transmise par son grand père et son père.
En 2017, elle arrive en France et est accompagnée par l’École de la deuxième chance pour obtenir un CAP Maintenance des véhicules option voitures particuliers. Elle travaille ensuite une année en atelier mécanique automobile. Pour développer des compétences en mécanique et électricité, elle intègre la formation Technicienne Électromécanicienne Automobile.
Sa période de stage se déroule dans deux entreprises pour s’adapter à des méthodes de travail différentes.
Son objectif est de devenir coordinateur technique pour se concentrer sur les pannes les plus complexes, poste qui nécessite des qualités multiples : esprit d’analyse, capacité à reconnaître les problèmes et à trouver des solutions.

« C’est l’image que nous avons de nous-même qui fait notre destin ! La clé pour qu’une femme qui a décidé de faire carrière dans un milieu à dominante masculine réussisse ? C’est sa motivation profonde. Écoutez votre instinct, ne faites pas attention aux opinions que les autres ont de vous, et suivez votre voie ! » déclare Denitsa Hristova.

 

  • Sylvie Linxe , 53 ans, Occitanie - Formation : Développeuse Web

À 18 ans, Sylvie ouvre son propre salon de coiffure. Elle déménage aux Antilles et en profite pour changer de filière. Elle devient responsable d'une boutique. À son retour en Métropole, elle ouvre sa propre échope de lingerie et maillot de bain à La Baule. Mais son divorce la contraint à vendre son entreprise. Après quelques années sombres, elle retrouve un emploi de vendeuse dans le même domaine. Elle est également chargée de créer le site internet de la boutique, expérience qui lui apporte un vrai déclic ! Elle veut devenir développeuse web, mais doute de ses capacités à réussir dans ce métier plutôt jeune et masculin, sans réelle représentation féminine. Elle murit longuement son projet, accompagnée par Cap Emploi. Elle passe son bac pour pouvoir suivre cette formation et peut à 53 ans entrer en Titre Pro niveau III d'un métier très nouveau pour elle.
Elle souhaite maintenant suivre une formation Concepteur Développeur d'Application (CDA) niveau II en alternance pour s’installer en auto entrepreneur.

« Osez, écoutez-vous ! C’est à nous de faire évoluer les choses, juste en démontrant que tout est possible. Dans le mot impossible il y a le mot possible… justement » conseille Sylvie Linxe aux femmes.

 

  • Cécile Dubois, 33 ans, Nouvelle Aquitaine - Formation : peintre

Cette jeune mère de 4 enfants a effectué des études de secrétariat-comptabilité et a travaillé chez Aigle et Louis Vuitton. Passionnée par la peinture depuis toujours, elle peint des meubles, des murs et des radiateurs en fonte pour retaper une vieille maison acquise il y a 4 ans. Et c’est la révélation !
Elle se rapproche de l’Afpa pour intégrer une formation de peintre afin de faire reconnaître ses compétences mais aussi les développer. Soutenue par son mari qui l’a accompagnée dans ses démarches et son père qui a pu faire évoluer ses préjugés, elle a dû réorganiser son quotidien, pour suivre cette formation, tout en s’occupant de ses enfants, le soir.
Après une intégration réussie auprès de ses collègues masculins, sans préjugé de leur part à son égard ou vis-à-vis de son travail, elle pense même être un élément moteur pour le groupe. Ponçage, masticage, application au pistolet de peinture avec toutes les subtilités du métiers… Cécile apprend vite.

« Je me sens bien dans cette voie, je pense avoir véritablement trouvé mon métier. Je me lève avec l’envie de travailler » dit Cécile Dubois. Alors, foncez, il n’y a pas de genre ! » lance-t-elle aux femmes qui hésitent.

 

  • Harmony Delacour, 33 ans, Centre Val de Loire – Formation : Agente de Sûreté Sécurité Privée

Après un B.E.P Carrières Sanitaires et Sociales, Harmony devient aide-soignante et travaille dans des hôpitaux et centres de rééducation. Elle intègre tour à tour le service des grands brûlés, le service des amputations et des tétraplégiques et le service psychiatrie.

Pour évoluer dans la gestion administrative et judiciaire de ses patients, elle obtient un DAEU A en littérature en 2016 et rejoint le service psychiatrique de haute sécurité.

Harmony se passionne pour la haute sécurité qui regroupe des valeurs et des qualités qui lui sont chères : grande rigueur, discipline mais aussi empathie et humanité. Elle décide de suivre, à l’Afpa, une formation d’agente de sécurité privée. Dès la 1ère semaine, Harmony est élue déléguée de sa session et cheffe d'équipe durant les mises en situation.

Cette formation lui apporte une confiance dans les membres de l’équipe et en elle en tant que cheffe d'équipe. Elle est désormais capable de diriger un groupe sur des interventions incendies, avec maîtrise de feu, secours aux personnes, évacuation du public, gestion de situation de prise d'otage et d'attaque terroriste.

« On pense souvent que pour être agent de sécurité, il faut être assez fort et brutal, mais c'est tout le contraire. Il faut être tolérant et humain. Et toujours réfléchir pour agir au mieux afin d'assurer la sécurité de tous » explique Harmony Delacour. Ne vous laissez pas influencer par des préjugés, par l’intolérance ou la discrimination, réaliser vos rêves, vos passions, vos projets car c'est votre avenir ! » lance-t-elle aux femmes.

 

  • Florbela Loureiro Da Rocha Gil, 43 ans, PACA. Formation : Installatrice thermique et sanitaire

Les métiers n’ont pas de genre pour Florbela qui passe les 10 premières années de sa carrière dans l’armée (militaire dans les parachutistes et la police militaire). Maman d’un enfant autiste, elle est contrainte de changer d’orientation et suit une formation d’assistante de vie aux familles (ADVF) à l’Afpa pour s’occuper des personnes âgées. Pendant 3 ans, elle est également Jury à l’Afpa pour la formation ADVF et découvre le panel de formations possibles, dont la formation en plomberie, un de ses rêves d’enfance ! Contrainte de mettre entre parenthèses sa vie professionnelle pour s’occuper de son fils, elle se lance dans cette formation de plombière, encouragée par son mari et soutenue dans ses démarches par l’Afpa de Nice et sa conseillère Pole emploi. Non sans mal, Florbela trouve des stages, où elle entend régulièrement dire que ce n’est pas un métier pour une femme. Mais rien ne l’arrête … elle avance, révèle ses compétences jusqu’à installer des chauffages avec une pompe de charge et une pompe de circulation !

Aujourd’hui, elle souhaite compléter son savoir-faire en travaillant en entreprise, avant de pouvoir créer sa propre structure.
« J’aime ce métier technique et manuel, que je souhaite exercer avec sérieux, précision et professionnalisme.  Les clients sont aussi heureux de voir une femme dans ce métier » déclare-t-elle.


Mention Univers’Elle

  • Marine Montin, 31 ans, Grand Est, Formation : Conductrice de Transport Routier de Marchandises sur Tous Véhicules

Après une 1ère année de BTS dans le domaine de l’environnement, Marine passe son Brevet d’Aptitude aux Fonctions d’Animateur (BAFA). Elle devient animatrice auprès d’enfants avant de diriger pendant 4 ans, une équipe d’animation. À plusieurs reprises, elle a l’opportunité de monter dans des véhicules de type lourds, des machines agricoles, des engins de chantier. Des expériences qui renforcent son envie de travailler dans ce domaine.
Licenciée pour motif économique, elle se lance dans une formation de Conductrice de Transport Routier de Marchandises sur Tous Véhicules à l’Afpa. Elle apprend vite, même des manœuvres les plus compliquées comme savoir reculer un ensemble de 44 tonnes et de 16.50m de long ou arriver à placer la remorque dans un endroit précis.
Cette formation la conforte dans son choix professionnel et dans sa capacité à « intégrer un monde masculin, en étant tout aussi considérée ».
Et le résultat est là ! Marine vient d’accepter un poste dans une entreprise familiale où elle aura son camion attitré.

« Oubliez qu’il y a des petites cases dans lesquelles on doit rentrer, choisissez la case qui vous convient ! » conseille- t-elle aux femmes.

 

Contact Presse : Valérie Garcia - 01 48 70 54 66/06 19 09 81 80