Accueil Actualités Saïd Dib : un formateur en béton armé
Back

Saïd Dib : un formateur en béton armé

Témoignage 08/06/2016

Saïd Dib : un formateur en béton armé

Saïd Dib

Saïd Dib

  - 40 ans

formateur itinérant gros oeuvre

« Ce que j’apprécie dans l’itinérance, c’est qu’on rencontre à la fois une vraie diversité géographique et une vraie diversité des métiers et des pratiques. »

En bref

Intégré au Dispositif itinérant depuis deux ans, Saïd Dib, formateur en béton armé et assistant chef de chantier, possède tout de même une idée précise de son métier, des avantages qu’il procure et des nécessités qu’il impose.

« Des points négatifs, franchement, je n’en vois pas ! »  Saïd Dib, 40 ans, formateur itinérant coffreur bancheur bâtiment et assistant chef de chantier gros œuvre, aime son métier et entend le faire savoir.

« Ce que j’apprécie dans l’itinérance, c’est qu’on rencontre à la fois une vraie diversité géographique et une vraie diversité des métiers et des pratiques. Les missions de formations sont à chaque fois différentes, ce qui demande une adaptation rapide pour chaque situation. C’est un nouveau challenge à chaque fois et j’aime ça. »
 

La formation : un hasard devenu un choix de vie

Pourtant, au départ, rien ne prédisposait cet étudiant en biologie à l’université de Montpellier II à se diriger vers ce secteur d’activité. « A l’époque, j’avais en tête de devenir laborantin ou de travailler dans la recherche. J’ai démarré les chantiers pour financer mes études. Mais comme j’ai eu un enfant assez jeune et que dans le bâtiment le salaire est plutôt bon avec de possibles évolutions de carrière…»  

Pour ce natif du Maroc à l’accent du midi prononcé, l’aventure de la construction va durer 7 ans, jusqu’à ce jour de 2009 où il répond tout bonnement à une annonce de chef d’équipe gros œuvre pour l’Afpa de Nîmes. « C’est vrai que je n’avais pas de compétences pédagogiques, mais l’association cherchait d’abord des compétences professionnelles…»

D’abord sédentaire dans le centre gardois, Saïd se voit assez vite proposer une alternance avec le centre de Saint Jean de Védas, et plus récemment  la formation d’ouvriers génie civil pour le chantier de construction Oc’ Via sur la ligne LGV. « En fait, j’étais déjà entré dans la démarche de l’itinérance sans avoir intégrer le dispositif. »

Séduit par cette première approche, Saïd décide de postuler au dispositif après en avoir discuté avec sa femme : « Comme ma dernière fille était toute petite, se souvient-il, la perspective d’avoir peut-être à m’éloigner de mon foyer pendant un certain moment, c’était tout de même une décision qu’il fallait prendre en concertation… Le principe pour le dispositif itinérant était quand même de trouver prioritairement une activité dans la région, autour de mon domicile.»
 

Formateur itinérant : formateur multicasquette

Vœu en partie exhaussé puisque depuis 2014, hormis une mission de deux semaines à Strasbourg, Saïd a surtout voyagé sur le pourtour méditerranéen, se déplaçant à Montpellier, Nîmes, Marseille et Istres, avant de revenir à Nîmes jusqu’en juin. « Ces déplacements imposent de faire des coupures et, si le centre n’est pas trop loin, de revenir le week-end afin de pouvoir concilier sa vie de famille avec son activité, insiste ce père de trois enfants. Mais après tout, les jours de repos supplémentaires qu’on nous accorde sont aussi là pour ça… »
 

Saïd concentre ses interventions sur deux types de situation : soit pour des créations de ressources pédagogiques, soit en remplacement d’un collègue malade ou en congé. « Dans ce cas-là, analyse ce spécialiste du bâtiment, j’estime que notre mission est complète lorsque le collègue qui revient trouve « son outil de travail » en ordre, comme si nous n’étions jamais passés. Il faut savoir se couler dans le moule de façon à ce qu’il n’y ait pas de rupture, ni pour le formateur en poste, ni pour les stagiaires... »

Mais pour Saïd, la tâche du formateur itinérant ne se limite pas à cette seule posture. Elle  inclut aussi un rôle d’harmonisation des pratiques. «Etant donné qu’on bouge sur la France entière, on essaie de réguler les pratiques. On sert également de garde-fou, d’alerte, lorsqu’on voit qu’une pratique fait défaut ou qu’elle est mauvaise. De plus en plus, nous allons être amenés à avoir ce rôle-là, surtout avec l’arrivée du plan 500 000, qui va demander du recrutement. Je pense que nous aurons alors ce rôle d’accompagnement sur les bonnes pratiques des CDD qui vont arriver. »

Voir les formations pour ce métier