Accueil Actualités Philippe Contier, formateur de plombiers chauffagistes
Back

Philippe Contier, formateur de plombiers chauffagistes

Témoignage 24/08/2016

Philippe Contier, formateur de plombiers chauffagistes

Philippe Contier

Philippe Contier

  - 47 ans

plombier chauffagiste

« On apprend deux métiers en un, à la fois la plomberie et le chauffage. C’est une chance considérable sur le marché du travail. » Philippe Contier, formateur de plombiers chauffagistes.

En bref

Philippe Contier forme à Grenoble, depuis une douzaine d’années, de futurs plombiers chauffagistes. Devenu formateur pour sa santé, il se souvient avec une certaine nostalgie de ses années de chantiers, qu’il a quittés à regret.

 

Titulaire de deux CAP, en chauffage et plomberie, et d’un brevet professionnel en génie climatique, Philippe Contier a travaillé 20 ans en tant que plombier chauffagiste : 6 dans l’entreprise de son père, 14 sur de gros chantiers d’installations collectives. A la fin de cette carrière, il était responsable de travaux.

Puis il est devenu formateur : une maladie l’a contraint à stopper les gros travaux, et à se réorienter – il a choisi de transmettre ses savoir-faire et d’en aider d’autres à intégrer le métier.

 

Plombier chauffagiste, un métier technique toujours renouvelé

Quoique plombier ne soit pas son rêve d’adolescent – il aurait voulu, au tout départ, devenir ébéniste –, Philippe Contier aime son métier : « On se prend vite au jeu ! J’ai rapidement appris à apprécier la profession. » explique-t-il. « Nous construisons, nous manipulons ; notre métier est technique, nous devons comprendre comment fonctionnent les machines. Tous les jours on apprend quelque chose, tous les jours on se retrouve face à une situation nouvelle » ajoute-t-il.

Pour sa part, ce sont les gros chantiers d’installations collectives qui lui ont le plus plu. Il a par exemple travaillé à construire la patinoire de Grenoble, plusieurs usines… Ce sont des projets qui, en moyenne, durent deux ans, dans lesquels il a pu s’investir et qu’il a eu le plaisir de voir évoluer – il en garde un souvenir vif et ému. « J’ai construit des kilomètres de tuyauterie » explique-t-il modestement. « Et puis, sur un gros chantier, on rencontre beaucoup plus de monde ; les corps de métier collaborent. En tant que responsable, je devais gérer mon équipe, entretenir des relations avec les maçons, plaquistes, avec les architectes, les maîtres d’œuvre… C’étaient de beaux projets. »

 

De l’embauche et des évolutions stratégiques

« En formation ITS (Installations Thermiques et Sanitaires) à l’Afpa, on apprend deux métiers en un : à la fois la plomberie et le chauffage. C’est une chance considérable, sur le marché du travail, où les entreprises réclament de la polyvalence. » D’autant plus que la diversité des apprentissages permet aux plombiers chauffagistes sortis de cette formation de facilement se spécialiser dans des techniques particulières, s’ils le souhaitent : certains se spécialisent dans le solaire, d’autres dans les pompes à chaleur, par exemple, deux domaines particulièrement sollicités par la montée des préoccupations environnementales. D’autres évolueront vers les bureaux d’étude, le froid industriel ou commercial et environ un dixième de ses anciens stagiaires se sont mis à leur compte.

En début de carrière, les embauches se font surtout en intérim ou CDD. Avec ses collègues du centre, Philippe Contier met en place des soutiens pour la rédaction de CV, de lettres de motivation, et la préparation d’entretiens professionnels.

 

 

Voir les formations pour ce métier

Ils temoignent aussi

Magali Jesuha
Témoignage
Magali Jesuha
plombière

« Je voulais plus de pratique, plus de manuel – j’aime bricoler. […] Je savais que le métier embauchait bien, c’est ce qui m’a décidée. », Magali Jesuha, plombière.

« Je voulais plus de pratique, plus de manuel – j’aime bricoler. […] Je savais que le métier embauchait bien, c’est ce qui m’a décidée. », Magali Jesuha, plombière.

Lire le témoignage
Guy-Pierre Berger
Témoignage
Guy-Pierre Berger
technicien de maintenance industrie et service

« Technicien de maintenance, c’est certes un métier manuel, mais aussi très cérébral », Guy-Pierre Berger, formateur de techniciens de maintenance industrie et services.

« Technicien de maintenance, c’est certes un métier manuel, mais aussi très cérébral », Guy-Pierre Berger, formateur de techniciens de maintenance industrie et services.

Lire le témoignage