Accueil Actualités Lucille Belmont, peintre en bâtiment
Back

Lucille Belmont, peintre en bâtiment

Témoignage 20/07/2016

Lucille Belmont, peintre en bâtiment

Lucille Belmont

Lucille Belmont

  - 26 ans

peintre en bâtiment

« Peintre en bâtiment, pour moi c’était surtout un moyen de transformer ma passion pour la peinture et le dessin en métier », Lucille Belmont, peintre en bâtiment

En bref

Lucille Belmont est artiste dans l’âme : expérimenter formes, couleurs, textures, échanger avec des professionnels, c’est le fond de sa motivation. Il y a quelques années, elle est entrée à l’Afpa pour faire de sa passion pour la peinture un métier : elle est devenue peintre en bâtiment.

Mon bon plan pour l'emploi : devenir peintre en bâtiment

Contactez-nous au 01 71 03 03 39, du lundi au vendredi de 8h à 18h

 

Lucille Belmont a hésité quelque temps avant de se lancer dans la peinture en bâtiments. Après avoir obtenu un bac général, elle est entrée en formation d’arts appliqués, puis a commencé une licence de philosophie… deux formations qu’elle a interrompues car elles ne lui correspondaient pas assez.

Elle s’est alors tournée vers la peinture : son nouvel apprentissage devait lui permettre à la fois de trouver un emploi stable, et de lui ouvrir les portes de l’auto-entreprenariat.

 

Une formation pour gagner en expérience et en assurance

La formation s’est déroulée exactement comme elle s’y attendait – « on imagine bien ce que c’est d’être peintre en bâtiment, je n’ai pas vraiment eu de surprises. Par contre oui, j’ai beaucoup appris, des choses qu’autrement je n’aurais jamais su faire. » Lucille Belmont a gagné en assurance technique : « dans ce genre de métiers, répéter les gestes c’est le plus important. Il faut accumuler l’expérience le plus possible, et prendre de l’assurance. »

Aujourd’hui, Lucille Belmont mène deux emplois de front : elle est surveillante dans un collège de la région parisienne, et peintre en bâtiment lorsqu’elle reçoit des commandes. Cette année, elle a pu travailler avec un peintre décorateur, à Grenoble : « travailler avec cet artisan, ça me permet de faire évoluer ma carrière dans le sens que je veux lui donner. Il aime expérimenter de nouvelles techniques. J’ai découvert beaucoup de choses.  »

Pour autant, elle ne souhaite pas particulièrement se former comme peintre décoratrice : elle possède déjà les techniques dont elle a besoin, et préfère gagner les autres en les expérimentant librement. « Finalement, peintre en bâtiment, c’était ce qu’il me fallait : j’ai les bases pour exercer un métier au quotidien, et je peux laisser s’exprimer ma créativité. »

 

Une ambition : se spécialiser dans la peinture de fresques

Car la jeune peintre a un projet en tête : se spécialiser dans la peinture de fresques. Elle attend de se constituer une réputation pour se lancer vraiment. L’idée ? Travailler pour des particuliers, peindre pour eux les fresques dont ils ont envie pour décorer leurs murs. Hors de question de se spécialiser dans un seul type de peinture, l’originalité est la règle : elle s’adapte aux seules envies des clients, tâchant de les interpréter au mieux.

Lucille Belmont a déjà plusieurs fresques à son actif : elle cite par exemple une fresque réalisée pour une chambre d’enfant, où elle a mêlé différentes techniques de peinture, de dessin et de collage ; ou encore une autre, où elle a reproduit sur un pan de mur entier des images que lui proposaient ses clients – « là, c’était différent, c’est l’aspect graphique qui a été vraiment intéressant. Le travail des couleurs. Je crois que tout le monde était content du résultat ! »

Une manière d’affirmer que le plus important, c’est exercer un métier que l’on aime – quitte à l’adapter à sa personnalité et à ses ambitions !

 

Voir les formations pour ce métier

Ils temoignent aussi

Yannick Debrouwer
Témoignage
Yannick Debrouwer
maçon

« La maçonnerie, je l’ai dans le sang. Je savais à peine marcher que j’avais déjà un marteau dans les mains », Yannick Debrouwer, formateur maçon au centre Afpa de Montceau-les-Mines

« La maçonnerie, je l’ai dans le sang. Je savais à peine marcher que j’avais déjà un marteau dans les mains », Yannick Debrouwer, formateur maçon au centre Afpa de Montceau-les-Mines

Lire le témoignage
Christelle Pereira
Témoignage
Christelle Pereira
plaquiste

« Un chantier de plaquiste, c’est comme un grand jeu de lego », Christelle Pereira, plaquiste.

« Un chantier de plaquiste, c’est comme un grand jeu de lego », Christelle Pereira, plaquiste.

Lire le témoignage