Accueil Actualités Les Victoires : Denise Rouillé, de la coiffure aux chariots élévateurs
Back

Les Victoires : Denise Rouillé, de la coiffure aux chariots élévateurs

Témoignage 30/05/2016

Les Victoires : Denise Rouillé, de la coiffure aux chariots élévateurs

Denise Rouillé

Denise Rouillé

  - 43 ans

cariste

« À tous ceux qui hésitent à sauter le pas, je dis : quand on y croit, ça marche ! »

En bref

Entre l’univers plutôt féminin de la coiffure et le monde assez masculin des caristes, il y a un gouffre que Denise Rouillé n’a pas hésité à franchir. Pour faire ce grand écart, une formation de trois mois au centre Afpa de Ris- Orangis, dans l’Essonne, lui aura été nécessaire. Parcours atypique d’une femme volontaire et combative.

« Franche, droite, directe, carrée et impulsive. » C’est ainsi que se décrit Denise Rouillé, 43 ans, qui ,grâce à son tempérament, a pu traverser les vicissitudes d’une vie professionnelleen « mille-feuilles » avec « des couches de métiers différents, entrecoupées de couches de chômage toujours identique ! »

Adolescente, cette bretonne, native de Saint-Lormel dans les Côtes d’Armor, a suivi deux années de formation dans une école de coiffure à Rennes. « J’aimais bien le contact avec la clientèle et le côté créatif du métier, confie-t-elle, mais j’étais dissipée. J’ai passé le CAP en candidate libre et je l’ai loupé. »

 

A l'armée pour ses 18 ans

Elle prend alors un virage à 180 degrés et s’engage sur un coup de tête, le jour de ses 18 ans, dans la Marine nationale à Brest. Elle signe pour un volontariat de 16 mois qui l’affecte…au salon de coiffure, puis démissionne pour suivre son nouveau compagnon.

Après quelques passages par l’intérim où elle enchaîne « les petits boulots comme aide ménagère ou saisonnière dans des exploitations agricoles », entrecoupés de brèves périodes de chômage, elle rejoint la région parisienne où elle espère enfin trouver un travail stable.

Elle se marie,travaille comme vendeuse en boulangerie puis, devenue maman, se reconvertit en 2000 pour devenir assistante maternelle agréée à domicile. Activité qu’elle exerce durant huit ans avant de jeter l’éponge. « Je n’avais quasiment plus de rapports sociaux, explique-t-elle. Je passais toutes mes journées chez moi, à Igny dans l’Essonne. J’étais pour ainsi dire coupée du monde et cet isolement a fini par me miner. J’ai tout arrêté pour faire quelque chose qui me corresponde vraiment. »

Une conseillère de Pôle emploi l’oriente alors vers une formation de cariste. « Je ne savais même pas ce que c’était. Je confondais avec chauffeur de cars ! J’ai quand même dit oui, car je voulais absolument avoir un diplôme avec des compétences reconnues. C’est comme ça que je suis arrivée à l’Afpa de Ris-Orangis. »
 

Un milieu masculin

En juin 2008, elle débute une formation de trois mois suivie d’un stage en entreprise chez DHL (messagerie). « Il y avait une grande diversité de tâches, j’avais des responsabilités, j’étais seule à gérer mon travail, sans personne sur le dos et ça me convenait plutôt bien », se souvient Denise.

Dans la foulée, elle obtient son CAP/BEP de cariste en entrepôt mais,malgré ce diplôme, n’exerce pas tout de suite son nouveau métier. Prétextant son manque d’expérience, les agences d’intérim la placent d’abord dans des grandes surfaces pour des missions courtes, à la préparation des commandes.

Ce n’est qu’au début de 2009 qu’elle décroche une embauche comme cariste chez Carrefour au Plessis-Pâté (Essonne). Seule femme au milieu d’une cinquantaine de caristes hommes, elle est regardée avec un peu de curiosité. « Ils pensaient que physiquement je ne pourrais pas tenir le coup. Mais j’ai tenu… Et j’y suis toujours, affirme fièrement Denise Rouillé. Le côté masculin du métier ne m’a pas fait peur, [...]. Et puis, l’armée m’avait habituée [...]. Quand vous avez évolué au milieu de 800 militaires en vous faisant respecter, le reste passe tout seul ! »

 

Retour à l’Afpa

Le choix de suivre une formation professionnelle a été pour Denise une des meilleures décisions qu’elle ait jamais prises. « Pour moi, c’était un tenant et un aboutissement, une vraie reconnaissance professionnelle. À tous ceux qui hésitent à sauter le pas, je dis : quand on y croit, ça marche ! »

Depuis 2014, Denise est membre du jury de l’association professionnelle pour la délivrance des diplômes de caristes préparateurs de commande, une responsabilité qu’elle doit autant à ses cinq années d’expérience, qu’à la qualité de son travail et à son opiniâtreté. Et elle ne compte pas s’arrêter en si bon chemin en confiant avoir encore un projet : « devenir formatrice cariste, et si possible, à l’Afpa ! »

Voir les formations pour ce métier