Accueil Actualités Kelly Stivalet : une soudeuse déterminée
Back

Kelly Stivalet : une soudeuse déterminée

Témoignage 08/03/2017

Kelly Stivalet : une soudeuse déterminée

Kelly Stivalet

Kelly Stivalet

  - 21 ans

future soudeuse

" Je ne lâche jamais rien ! "

En bref

Electrotechnique, chaudronnerie, soudure... Kelly Stivalet a toujours été attirée par les métiers de l'industrie. A 21 ans, elle se forme pour travailler dans les chantiers navals.

Titulaire d’un BAC STI2D (sciences et technologies de l’industrie et du développement durable) suivi d’un BTS en électrotechnique, Kelly se destinait à une carrière dans ce secteur. Quand elle n’a pas trouvé du travail, elle s’est tout naturellement tournée vers la transformation des métaux. 

« Je voulais faire un BTS en chaudronnerie, mais comme je n’avais pas le permis, j’ai dû y renoncer et j’ai pris des missions d’intérim. En parallèle je me suis renseignée sur les formations à l’Afpa et j’en ai parlé avec ma conseillère à la Mission Locale », explique-t-elle. 
 

Une attirance pour l'industrie

C’est ainsi que Kelly est entrée en formation de soudeuse au centre Afpa de Montceau-les-Mines. Aujourd’hui, elle est en formation depuis 4 mois et elle a déjà fait bonne impression pendant son premier stage en entreprise. « Ils étaient très contents de moi, du coup je vais y retourner pour le deuxième stage, ils ont envie de voir ma progression », explique-t-elle.

Kelly a l’habitude d’être entouré d’hommes. « Depuis mon BTS, j’ai l’habitude d’être la seule femme. Pour moi, ça s’est toujours très bien passé !  Notre groupe est soudé, il y a un vrai esprit d’équipe, nous sommes complémentaires et on s’aide les uns les autres. Je fais partie intégrante du groupe, on ne voit pas la différence. Par contre, j’essaie toujours de jouer sur l’esthétique dans la soudure, je tiens à faire des choses propres, de porter beaucoup d’attention à la finition et à créer des pièces parfaites » !
 

Une spécialisation dans la soudure navale

Le goût du travail et la volonté d’y arriver caractérisent cette jeune femme qui sait où elle va. « J’ai envie de travailler, mes parents me l’ont toujours inculqué. Je ne lâche jamais rien ! En tant que femme dans un métier dit d’hommes, c’est peut-être un atout, car il faut parfois montrer encore plus de détermination et prouver qu’on peut y arriver ».

Kelly aimerait se spécialiser dans la soudure navale et travailler sur les bases de St. Nazaire en tant que technicienne soudeuse. « Mais ce n’est pas pour tout de suite ! Je veux d’abord continuer à apprendre en entreprise, et me faire de l’expérience. Les boîtes d’intérim que j’ai contactées m’ont dit qu’il y a du travail dans le secteur. Je vais saisir les opportunités ! », conclut-elle.

Voir les formations pour ce métier