Accueil Actualités La VAE au service de l’accès à l’emploi des primo-arrivants
Back

La VAE au service de l’accès à l’emploi des primo-arrivants

Décryptage 09/09/2019

La VAE au service de l’accès à l’emploi des primo-arrivants

1 000 VAE en faveur des primo-arrivants.Une expérimentation validée par le Premier ministre et pour laquelle l'Afpa a été sollicitée. Le point avec la direction de l’Insertion sociale.

La VAE au service de l’accès à l’emploi des primo-arrivants

Qu’est-ce qui a motivé cette expérimentation ? Et pourquoi avoir choisi l’Afpa ?

Cette décision fait suite au rapport d’Aurélien Taché, député LREM du Val-d’Oise, “Pour une politique ambitieuse d’intégration des étrangers arrivant en France” qui encourage la valorisation des acquis de l’expérience et la reconnaissance des savoir-faire comme levier indispensable de l’insertion professionnelle durable des primo-arrivants. Et, en tant qu’opérateur du ministère chargé de l’emploi sur la politique du titre, l’Afpa a toute légitimité pour porter cette expérimentation. Le financement sera assuré par l’État dans le cadre du Plan investissement dans les compétences.

 

En quoi consiste le dispositif proposé par l’Afpa ?

L’agence a élaboré une réponse sur mesure, adaptée aux types d’emploi visés repérés en amont sur les territoires. Trois cas de figure sont possibles :

Chacune de ces modalités sera envisagée selon le niveau de maîtrise de la langue à l’oral et à l’écrit du candidat, son expérience professionnelle et son parcours évalué à partir d’un positionnement.

 

Comment seront sélectionnées les 1000 personnes qui bénéficieront de ce dispositif ?

Les candidats seront identifiés et adressés à l’Afpa par l’Ofii (Office français de l’immigration et de l’intégration). Pour accéder à la VAE, les primo-arrivants devront avoir le niveau B1 de maîtrise de la langue. Ils devront obligatoirement avoir signé un “contrat d’intégration républicaine”.

 

Quand démarre ce dispositif et comment se déroule un parcours ?

Cette action démarre en septembre 2019 et sera pilotée par les régions Afpa. La durée d’un parcours est de 8 mois maximum, depuis la décision de recevabilité jusqu’au jury d’évaluation.

Chaque session est collective et regroupe des personnes intéressées par le même métier ou secteur professionnel. Un travail d’identification des besoins de main-d’œuvre d’un territoire ou d’un secteur d’activité est réalisé en amont.