Accueil Actualités Se reconvertir dans les métiers de la transition énergétique
Back

Se reconvertir dans les métiers de la transition énergétique

Décryptage 02/06/2016

Se reconvertir dans les métiers de la transition énergétique

Le gouvernement met en place un kit pour accompagner les transitions professionnelles vers les métiers verts. Initié en 2013 et testé en 2015 dans différentes régions, il est mis à disposition de tous début 2016. L’idée ? Anticiper et faciliter les dynamiques de reconversion industrielle pour encourager la croissance verte ; au-delà, soutenir l’emploi et sécuriser les parcours professionnels.

Se reconvertir dans les métiers de la transition énergétique

La reconversion professionnelle à l’aune de la transition énergétique

La croissance verte est le moteur du processus de transition professionnelle. Elle est l’objectif à atteindre à travers la reconversion, c’est elle qui donne l’élan à l’élaboration de la stratégie de formation. Celle-ci est déterminée en fonction du bassin d’emploi spécifique de territoire, et des possibilités de développement durable locales.

6 principes stratégiques guident le projet :

  • La dynamique est enclenchée autour des filières des métiers de l’économie verte,

  • le parcours individuel est suivi, continu et rythmé,

  • la reconversion est pensée en fonction du potentiel d’offre d’emploi,

  • les collectifs d’entreprises sont privilégiés pour favoriser le dynamisme d’ensemble,

  • les formations sont conçues sur mesure,

  • les activités et intervenants sont coordonnés.

Les secteurs d’avenirs pour la transition énergétique, éco-filières, sont les premiers concernés : métiers des énergies renouvelables, de l’efficacité énergétique, de l’assainissement de l’eau, du recyclage, et de la valorisation des déchets… Mais au-delà, tous les secteurs sont concernés : les métiers évoluent avec la transition énergétique, et nécessitent de nouvelles compétences. L’anticipation des besoins concerne autant la création de nouvelles formations que l’actualisation des formations traditionnelles.

 

Une mobilisation collective, dont le salarié est l’acteur central

Tous les acteurs de la transition professionnelle sont mobilisés, du salarié aux territoires. La mobilisation collective est la clé de la réussite.

Le parcours de transition connaît 6 étapes une fois le projet lancé :

  • Connaître la personne qui se propose à la reconversion, ses possibilités, ses objectifs,

  • faire connaître le projet,

  • préparer la mise en situation de travail,

  • affermir le projet individuel,

  • accompagner l’entreprise,

  • construire l’alternance avec les entreprises et les formateurs.

L’impulsion vient des acteurs individuels, désireux de se diriger vers des métiers verts ; les entreprises susceptibles de participer aux projets sont contactées progressivement, puis impliquées dans la mise en place d’une formation en alternance pour le salarié.

Le parcours de transition du salariés est individualisé le plus possible. Le salarié est la pierre angulaire du dispositif, son désir professionnel de se diriger vers un métier vert est la condition sine qua non de la conversion. Les trajectoires de la personne correspondent à ses compétences, objectifs, désirs, statuts professionnels, possibilités géographiques.

Le salarié est suivi de manière personnalisée par les organismes de la transition professionnelle. Il a, en plus, plusieurs outils à sa disposition pour élaborer son projet, notamment des plateformes numériques destinées à l’aider à identifier ses possibilités personnelles, et des outils de politique publique destinés à le guider dans la transition professionnelles, comme le passeport d’orientation formation et les contrats uniques d’insertion.

 

Source : « Transition énergétique et écologique : accompagner les transitions professionnelles », Commissariat général du développement durable, avril 2016