Accueil Actualités Plan 500 000 : 3 questions à Yves Barou, président de l'Afpa
Back

Plan 500 000 : 3 questions à Yves Barou, président de l'Afpa

Réglementation 30/05/2016

Plan 500 000 : 3 questions à Yves Barou, président de l'Afpa

Plan 500 000 : 3 questions à Yves Barou, président de l'Afpa

La formation est-elle la solution pour trouver un emploi ?

Sur les 3.5 millions de demandeurs d’emploi de longue durée, 2.2 millions n’ont peu ou pas de qualifications. Le problème n° 1, aujourd’hui, est un problème de formation. Les entreprises manquent aujourd’hui de personnels qualifiés : des études parlent de 250 000 postes non pourvus

La formation professionnelle est la meilleure arme pour lutter contre le chômage. Mais à 2 conditions :

  • Elle doit être qualifiante et conduire à un métier,

  • Viser les bons métiers aux bons endroits.
     

Ce plan n’est-il qu’un artifice statistique ?

Il y a des gens en France qui sont au bord du chemin, abandonnés,. Il  faut leur proposer des solutions.  700 000 chômeurs attendent une formation c’est pour cela que ce plan est utile. Il répond à une urgence économique, sociale et citoyenne.

La formation est un investissement qui contribue à l’emploi et à la croissance. Former c’est élever le potentiel d’un pays et éviter les délocalisations, la désindustrialisation. En 2014, 57% des chômeurs ayant bénéficié du plan de formations prioritaires avaient un travail six mois après. …

A l’Afpa 62% de nos stagiaires trouvent unun emploi dans les 6 mois qui suivent leur formation, et ce taux est une moyenne de tous les secteurs, il est beaucoup plus élevé encore pour les formations aux métiers de demain.
 

1 Milliard d’euros, n’est-ce pas trop par rapport aux dépenses publiques qui vont mal ?

Dans une période de montée du chômage, on devrait augmenter les efforts pour les demandeurs d’emploi, comme l’Allemagne l’a fait au début des années 2000. Or, sur les 32 milliards d’euros pour la formation professionnelle, seuls 4 milliards d’euros sont consacrés aux demandeurs d’emploi hors rémunération.

Depuis 2005, cette part n’a augmenté que de 12 % alors que le nombre de demandeurs d’emploi a augmenté de 40 %. Cette somme n’est donc pas disproportionnée, ce n’est une remise à niveau. Permettre le retour à l’emploi des personnes qui en sont éloignées c’est aussi « faire tourner » la machine économique. Cela a un vrai sens économique, social et citoyen. 

Sur le même sujet

Décryptage - 30/05/2016

Le plan 500 000 formations...

Le plan 500 000 formations pour les...
Décryptage - 30/05/2016

Le plan 500 000 formations...

Le plan 500 000 formations pour les demandeurs d’emploi officiellement... Lire la suite
L’Afpa est prête à relever le défi de l’emploi en participant au plan 500 000
Réglementation - 30/05/2016

L’Afpa est prête à relever...

L’Afpa qui forme chaque année 80 000...
Réglementation - 30/05/2016

L’Afpa est prête à relever...

L’Afpa qui forme chaque année 80 000 demandeurs participera à cette... Lire l'article
Les 3 enjeux du plan
Réglementation - 30/05/2016

Les 3 enjeux du plan " 500...

Devant les acteurs de l'entreprise et de...
Réglementation - 30/05/2016

Les 3 enjeux du plan " 500...

Devant les acteurs de l'entreprise et de l'emploi, le président de la... Lire l'article
Formation, apprentissage, embauche : point détaillé du plan d'urgence pour l' emploi
Réglementation - 30/05/2016

Formation, apprentissage,...

François Hollande a présenté ce matin au...
Réglementation - 30/05/2016

Formation, apprentissage,...

François Hollande a présenté ce matin au Conseil économique, social et... Lire l'article