Accueil Actualités Marie-Christine Thiery, formatrice d'assistant-e-s de vie aux familles
Back

Marie-Christine Thiery, formatrice d'assistant-e-s de vie aux familles

Témoignage 05/08/2016

Marie-Christine Thiery, formatrice d'assistant-e-s de vie aux familles

Marie-Christine Thiery

Marie-Christine Thiery

  - 53 ans

assistante de vie aux familles

« Notre rôle est à la fois très beau et très éprouvant », Marie-Christine Thiery, formatrice d’assistant-e-s de vie aux familles.

En bref

Marie-Christine Thiery, ancienne animatrice socio-culturelle, forme des assistants et assistantes de vie aux familles au centre du Teil, en Ardèche. Un beau métier, qui porte secours aux personnes en difficulté… et qui recrute. Mais aussi un métier éprouvant. On ne s’improvise pas assistant-e de vie, on s’y forme en professionnel-le.

Animatrice… de formation !

Au départ, Marie-Christine Thiery était animatrice socio-culturelle. Elle avait affaire aussi bien à de très jeunes enfants, qu’à des adolescents, à des adultes, qu’à des personnes âgées ; son expérience grandissant, elle a commencé à vouloir transmettre ses savoirs à d’autres. Elle est doucement devenue formatrice, d’intervention en intervention, jusqu’à la titularisation officielle et le premier poste en Champagne-Ardenne.

« Pour être formatrice, il faut aussi être animatrice » explique-t-elle. « Ce n’est pas le même métier, mais il y a beaucoup en commun : écouter, organiser, motiver… » En vingt-cinq ans de carrière dans la formation professionnelle pour adultes, Marie-Christine Thiery a formé aussi bien pour des BAFA (brevets d’aptitude aux fonctions d’animateur), que des assistantes maternelles, des Atsem (agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles), des aides médico-psychologiques, des auxiliaires de vie sociale…

« Je suis assez contente de mon parcours », dit-elle. « Il est diversifié, j’ai travaillé avec des personnes très différentes, dans des milieux très variés ; je connais tous les types de publics ».

 

Gestes techniques, qualités humaines, organisation

Les compétences d’un-e assistant-e de vie aux familles sont multiples : il y a les gestes techniques, « mais c’est le plus facile à apprendre – il suffit de répéter les gestes » ; il y a aussi les qualités d’organisation, qualités relationnelles, qualités d’analyse. « Dans ce métier, il faut savoir gérer des priorités, s’adapter à chacun, savoir motiver des personnes fatiguées, savoir écouter… »

« Ce que je dis tout de suite à mes stagiaires, et qui les désappointe à chaque fois, c’est cela : 70% du temps d’un-e assistant-e de vie est consacré aux tâches ménagères. Car oui, vous administrez un bain de pieds, mais ensuite il faut nettoyer la cuvette. Au départ, ça les effraie. Pourtant, c’est essentiel. Le plus éprouvant dans le métier, c’est le rapport humain. On travaille souvent auprès de personnes qui ne sont pas très gaies, qui sont fatiguées, qui ont besoin qu’on les écoute et qu’on les remotive. Notre rôle est à la fois très beau et très éprouvant. Repasser des vêtements après avoir passé une heure à réconforter quelqu’un, c’est un repos nerveux nécessaire. »

Les assistant-e-s de vie doivent savoir se protéger mentalement : « c’est la tête qui travaille, pas le cœur », rappelle la formatrice. Un équilibre pas toujours facile à trouver, car le métier repose sur la qualité humaine de ses professionnels – ils sont, les « rayons de soleil » de leurs clients.

 

« Je m’adapte au maximum à chacun »

Marie-Christine Thiery n’est pas professeure, jamais : elle est animatrice. De sa pédagogie, elle bannit tout mot renvoyant à l’univers scolaire. Elle forme des adultes, qui viennent la voir pour accomplir leurs projets personnels, qui travaillent pour eux-mêmes – elle orchestre. « En gros, la formation se déroule en trois temps : un tiers de stage, un tiers de pratique sur le plateau, un tiers de formation théorique », explique la formatrice.

Les stagiaires travaillent par groupes sur les sujets qu’elle leur propose : de leur côté, ils mènent des recherches, rencontrent des professionnels, sondent, questionnent. Lorsqu’ils sont prêts, ils rendent compte de leurs résultats et apprentissages aux autres groupes. Marie-Christine Thiery s’assure que tous ont bien assimilé, recentre les informations, les complète. Sur le plateau, les jeux de rôle priment : les stagiaires apprennent les gestes ensemble.

Elle porte une grande attention aux fonctionnements de chacun : tout le monde n’a pas les mêmes besoins, ni les mêmes manières d’apprendre – la formation s’adapte au maximum. Les stagiaires ont la possibilité de demander des séances d’évaluation, aussi bien théoriques que pratiques, pour s’assurer eux-mêmes de leur évolution. Ceux qui ressentent des manques peuvent, chaque après-midi, s’entretenir personnellement avec la formatrice. « Ce ne sont pas des cours à la carte », précise la formatrice, « mais je fais en sorte qu’on s’en rapproche. Les stagiaires savent ce qu’ils veulent, ils ont la volonté d’avancer ; je m’adapte au maximum à chacun d’entre eux. »

Environ 89% des stagiaires obtiennent leur titre professionnel. Tout le monde trouve rapidement de l’emploi. Sa dernière session s’est achevée la veille de l’entretien téléphonique : trois stagiaires ont déjà trouvé un CDI, les autres, pour la plupart, ont signé des CDD. Plus tard, ils seront peut-être aide-soignant-e-s, aides médico-psychologiques, parfois infirmiers ou infirmières… Ce sont des projets qui se forment petit à petit.

 

Voir les formations pour ce métier

Ils temoignent aussi

Aurélyne Sage
Témoignage
Aurélyne Sage
serveuse

« Serveur, c’est le métier parfait pour tous ceux qui aiment le contact avec les gens, qui aiment sourire et rencontrer de nouvelles personnes, leur faire plaisir, en prendre soin. » Aurélyne Sage,...

« Serveur, c’est le métier parfait pour tous ceux qui aiment le contact avec les gens, qui aiment sourire et rencontrer de nouvelles personnes, leur faire plaisir, en prendre soin. » Aurélyne Sage,...

Lire le témoignage
Pascal Bussignies
Témoignage
Pascal Bussignies
assistant de vie aux familles

« La formation d’Assistant de vie aux familles m’a permis de changer de vie », Pascal Bussignies, stagiaire au centre Afpa de Nîmes.

« La formation d’Assistant de vie aux familles m’a permis de changer de vie », Pascal Bussignies, stagiaire au centre Afpa de Nîmes.

Lire le témoignage