Accueil Actualités A l’Afpa, les réfugiés retrouvent la paix et se préparent pour un emploi
Back

A l’Afpa, les réfugiés retrouvent la paix et se préparent pour un emploi

Témoignage 22/06/2020

A l’Afpa, les réfugiés retrouvent la paix et se préparent pour un emploi

Audrey Révy

Audrey Révy

 

en charge de « Start Hope »

Ce dispositif accompagne les réfugiés pour trouver une formation et un travail en France et qu'ils soient autonomes

En bref

Journée internationale des réfugiés. 
 

Ils sont discrets, mais souriants. Venus d’Erythrée, l’évocation de leur parcours nous fait voyager en même temps qu’il nous évoque la misère et le dénuement. Maintenant, Hafiz, Eskel, Mesgena et deux Filmon sont attentifs lorsque Audrey Révy leur présente le programme de la journée : cours de français et rédaction d’un cv. 

Audrey est en charge de « Start Hope », 29 stagiaires originaires d’Erythrée, de Somalie, du Soudan et d’Ethiopie, à l’Afpa d’Istres. « C’est un dispositif qui accompagne les réfugiés pour trouver une formation et un travail en France. Ils sont positionnés sur des métiers en tension où les employeurs ont des difficultés à recruter » explique-t-elle. « Leurs objectifs sont de bien apprendre un métier et travailler rapidement pour être autonomes ». Autour de la table, ils évoquent leur avenir professionnel en lien avec les besoins de recrutement de la région : tuyauteur industriel, menuisier, mécanicien automobile… et peut-être charpentier bois. 

« Alors que se déroulait le 20 juin la journée internationale des réfugiés, il est important de souligner que l’Afpa est un acteur majeur dans l’accueil des réfugiés en France » explique Pascale Gérard, Directrice de l’insertion sociale de l’Agence nationale. « Soutenus par les Ministères de l’Intérieur, du Travail et du Logement et des Opérateurs de Compétences (OPCO), nous avons lancé en 2018 le programme HOPE (Hébergement Orientation Parcours pour l’emploi) destiné aux réfugiés pour faciliter leur intégration dans la société française et dans l’emploi. »

Une trentaine de centres Afpa sont concernés, dont en Provence-Alpes-Côte d’Azur Istres, Avignon, Marseille, Toulon et Nice. Les candidats sont sélectionnés par l’OFII (Office français de l’immigration et de l’intégration). L’Afpa est en charge de l’ingénierie de parcours, de la formation, de l’accompagnement social et de l’insertion. Elle est souvent aidée selon les territoires par des partenaires locaux comme Pôle emploi, la Mission locale, Adamal et le CRFP. 

L’étroite collaboration avec les OPCO et les entreprises donne d’excellents résultats au programme. « La grande majorité des personnes formées reste en contrat au sein des entreprises avec qui elles ont signé leur premier contrat » analyse Pascale Gérard. Actuellement à Istres, « nous insistons sur l’analyse du monde travail, la réalisation d’un CV, la capacité à savoir s’exprimer et de se présenter devant un employeur » précise Audrey Révy.

Ils sont motivés pour s’insérer dans la société française. « C’est très important pour nous tous ces cours pour notre avenir » témoigne Filmon Teklehaymanot. Des cours qu’ils n’ont pas interrompu durant le confinement lié au Covid19. « Nous avons gardé le contact à distance grâce à une tablette mise à disposition par l’Afpa ». 
Pour réussir cette insertion, les jeunes restent en forme en pratiquant du sport, notamment du jogging. Egalement, l’association « vélo des Etangs » leur a offert quatre cycles qui leurs permettent de découvrir les paysages un peu plus éloignés pour « admirer la nature et les oiseaux » confie Filmon. 

Voir les formations pour ce métier